Archives de catégorie : Développement régional

30 sept
2019

La Caisse d’Epargne Hauts de France et l’Ordre des experts-comptables Régions Lille Nord Pas-de-Calais et Picardie Ardennes partenaires pour simplifier et faciliter l’accès au crédit des TPE/PME

30 sept 2019

Ce lundi 30 septembre, les Conseils régionaux de l’Ordre des Experts-Comptables Lille Nord Pas-de-Calais et Picardie Ardennes et la Caisse d’Epargne Hauts de France, représentés par leurs présidents respectifs, Hubert TONDEUR, Pierre GIROUX et Laurent ROUBIN, ont signé une convention de partenariat dans le cadre du dispositif « Crédit 50 K€ ».

Les Experts-Comptables jouent un rôle majeur dans l’économie, étant les conseillers privilégiés des chefs d’entreprises.

La Caisse d’Epargne Hauts de France est un acteur économique régional qui participe pleinement aux financements des entreprises de toutes tailles et qui souhaite renforcer son soutien aux entrepreneurs dans leurs demandes de financement.

Contexte

Le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables (CSOEC) et neuf réseaux bancaires Français, dont la Caisse d’Epargne, ont signé en 2018 une convention de partenariat pour faciliter l’obtention de crédit aux entreprises et notamment aux TPE.
Ce 30 septembre, l’Ordre des Experts-comptables Régions Lille Nord Pas-de-Calais et Picardie Ardennes et la Caisse d’Epargne Hauts de France s’engagent au niveau régional.

Par cette signature, les partenaires s’engagent à simplifier et faciliter l’accès au financement des TPE/PME pour des crédits inférieurs à 50 000 euros. Le « Crédit 50 K€ » est un dispositif créé pour accompagner les dirigeants à chaque étape clé de la vie de leur entreprise, de la création/reprise jusqu’au stade de développement.

Innovation

Dans la pratique, une demande de financement pourra être demandée par l’expert-comptable pour le compte de son client via la plateforme digitale Conseil Sup’ Network. Un dossier de demande de financement modélisé pourra ensuite être adressé à la Caisse d’Epargne Hauts de France. Les informations comptables sont transmises par l’expert-comptable dans un document récapitulatif à un seul point d’entrée dans l’établissement. Le montant de la demande de crédit passe de 25 k€ à 50 k€.

Laurent ROUBIN, Président du directoire de la Caisse d’Epargne Hauts de France : « Ce partenariat va permettre une simplification et une digitalisation des process, donc plus de réactivité et une meilleure qualité de traitement des dossiers, au service des clients entrepreneurs et donc de l’économie régionale »

Hubert TONDEUR et Pierre GIROUX, Président des CROEC Lille Nord Pas-de-Calais et Picardie Ardennes : « Le financement bancaire demeure un des principaux leviers permettant à une entreprise de se lancer, se développer et perdurer. Nous espérons que ce nouveau service dématérialisé rencontre un fort engouement auprès de nos confrères et de nos partenaires bancaires pour un accompagnement réussi dans la recherche de financements »

16 sept
2019

La Caisse d’Epargne Hauts de France a accompagné Sparring Capital

16 sept 2019

Nous avons accompagné Sparring Capital pour le financement de l’acquisition de Nalys, acteur indépendant du conseil en ingénierie en Belgique.

Sparring Capital, société de gestion indépendante, s’est récemment ouvert à
l’international en prenant une participation majoritaire dans le groupe belge Nalys, aux
côtés de son dirigeant-fondateur. En tant que seul Arrangeur de l’opération, la Caisse d’Epargne Hauts de France a accompagné Sparring Capital pour le financement de l’acquisition de Nalys, acteur indépendant du conseil en ingénierie en Belgique.

Créé en 2011, le groupe Nalys dispose d’une expertise reconnue dans les domaines de la
Santé et des Systèmes Embarqués et, grâce à son positionnement de spécialiste sur ces
secteurs, Nalys a su s’imposer dans les dernières années comme un partenaire de référence auprès de ses grands donneurs d’ordre. Le Groupe bénéficie aujourd’hui d’un portefeuille-client de première qualité, comprenant à la fois de nombreux leaders mondiaux dans leurs domaines d’activité respectifs et des PME belges exerçant sur des niches technologiques pointues, en Flandre comme en Wallonie. Détenu jusqu’alors par ses trois fondateurs, le groupe Nalys réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 25 millions d’euros et emploie environ 240 personnes.

Sous l’impulsion de Patrice Serange, son Président, ancien dirigeant d’Alten en Belgique,
Nalys a connu ces dernières années une très belle trajectoire de croissance, cette croissance reposant à la fois sur les savoir-faire historiques du groupe et sur une politique de diversification maitrisée, en termes de secteur client notamment. Le Groupe a également initié son développement en dehors de la Belgique, avec une implantation en France dans la région parisienne, dont les équipes ont été récemment renforcées.
Société de gestion indépendante, Sparring Capital investit, en tant qu’actionnaire majoritaire, dans des PME non cotées pour en accélérer la croissance. La mission de Sparring Capital consiste, aux côtés des équipes dirigeantes, à rendre les
entreprises plus grandes et plus fortes, en mettant à leur disposition son expertise et son
réseau d’actionnaire professionnel et impliqué.

L’intervention de Sparring Capital contribue ainsi à activer les leviers de la croissance et
d’optimisation de la performance : croissance externe, structuration des équipes, renforcement des outils de pilotage, déploiement international…

Depuis sa création en 2002, Sparring Capital a réalisé plus de 30 acquisitions (hors
croissances externes) et levé plus de 700 M€ auprès d’investisseurs français et internationaux, pour la plupart institutionnels.

18 juil
2019

La Caisse d’Epargne Hauts de France a accompagné le groupe ORCA aux côtés d’Arkea, de la BNP et de Tikehau pour le financement de l’acquisition des sociétés G.Angeloni, ITT, Dynanotex et Impregnatex

18 juil 2019

En tant que seul Arrangeur la Caisse d’Epargne Hauts de France a accompagné le groupe ORCA aux côtés d’Arkea, de la BNP et de Tikehau pour le financement de l’acquisition des sociétés G.Angeloni, ITT, Dynanotex et Impregnatex.

Après les acquisitions de Pennel & Flipo en 2015, puis de FAIT PLAST en 2017, le groupe ORCA poursuit et accélère sa stratégie visant à constituer un leader paneuropéen dans les matériaux techniques de haute performance.

PENNEL & FLIPO est un groupe fondé à Roubaix en 1924, installé depuis à Mouscron en Belgique et qui conçoit, produit et distribue dans le monde entier sous la marque ORCA®, des tissus composites souples qui apportent des solutions techniques aux acteurs des industries nautique, ferroviaire, aéronautique et de la défense.

La société familiale FAIT PLAST, basée à Brescia (Italie) conçoit, produit et commercialise des films thermoplastiques techniques pour des applications diverses comme les films thermoadhésifs pour impression sur maillots, les films antidérapants pour les vêtements de sport et les sous-vêtements, les films pour rideaux occultants, le packaging technique, les tissus techniques.

Les nouvelles entités acquises seront regroupées dans une seule branche verticalement intégrée (du tissage à la distribution en passant par l’imprégnation) intervenant sur les marchés des matériaux composites à partir de fibres de carbone.

Le groupe ORCA occupe une place de leader technique avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 120 millions d’Euros, quatre sites de production en Belgique et en Italie ainsi qu’un réseau commercial mondial.

03 juil
2019

La Caisse d’Epargne Hauts de France lance officiellement la Banque de l’Orme Hauts de France spécialisée dans la gestion des entreprises en procédure collective

03 juil 2019

La Caisse d’Epargne Hauts de France déploie une forte dynamique sur le marché des Entreprises (+ 12 % de clients entreprises en 2018) et affirme sa volonté d’amplifier son développement sur ce segment de clientèle.

La Banque de l’Orme Hauts de France est un nouvel atout, une nouvelle corde à notre arc. Elle nous permet de nous différencier de la concurrence et de réaffirmer notre engagement de banque coopérative régionale de proximité, de banque citoyenne au service des chefs d’entreprises de notre région. Une banque qui répond présent dans les bons moments mais aussi dans les moments plus ardus.

Laurent ROUBIN, Président du Directoire.

Quelques chiffres : en 2018, le nombre de procédures collectives dans notre région a augmenté de 1,3%, portant celui-ci à 4 233 (2 801 liquidations judiciaires, 1 379 redressements judiciaires et 53 sauvegardes).

Un accompagnement « sur-mesure »

Avec la Banque de l’Orme Hauts de France, les entreprises qui sont en procédure collective (en processus de sauvegarde, de redressement judiciaire, en plan de continuation, en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité) et en administration provisoire, seront accompagnées.

Un accompagnement « sur-mesure » qui permet la poursuite d’activité de l’entreprise selon les décisions prises par le mandataire judiciaire, avec des services bancaires et des financements adaptés, par exemple sur les besoins de financements du poste clients.
Un objectif principal : couvrir l’essentiel des besoins indispensables à la poursuite de l’activité économique pendant la période délicate d’observation et/ou, le cas échéant, pendant le plan de continuation.

Des experts de la clientèle Entreprises et des procédures collectives

L’agence de la Banque de l’Orme Hauts de France est composée d’un directeur, Antoine MALARD, de 3 Chargés d’Affaires Banque Judiciaire : Armelle DEMETTE, Mélanie DZIENGELEWSKI, François DELMOTTE et d’une équipe support dédiée à l’accompagnement des clients dans la gestion de leurs outils au quotidien, du traitement de leurs opérations ou encore de leurs financements.

Ce sont des experts de la clientèle entreprises, réactifs, qui connaissent toutes les spécificités des procédures collectives, les outils et services dont auront besoin les entreprises et administrateurs pour gérer leurs comptes de la manière la plus efficace possible (par ex réceptionner le produit de leur activité commerciale et le paiement des salariés et des fournisseurs notamment).

Les ouvertures de compte seront proposées via une solution innovante de signature électronique dédiée à cette clientèle afin d’assurer la meilleure réactivité.

03 mai
2019

La Société d’Économie Mixte à Opération Unique (SEMOP) Amiens Energies a finalisé le financement du réseau de chaleur urbain de la ville d’Amiens

03 mai 2019

La Société d’Économie Mixte à Opération Unique (SEMOP), Amiens Énergies, développe et exploite, par délégation de service public, le réseau de chaleur urbain de la Ville d’Amiens. Dotée d’un capital de 8 millions d’euros, cette société est détenue à 51 % par Engie Cofely, 34 % par la Ville d’Amiens et 15 % par la Banque des Territoires.

Le contrat de financement de la SEMOP Amiens Energies pour la réalisation du réseau de chaleur urbain de la ville d’Amiens a été récemment signé à Amiens par l’ensemble des parties prenantes. La SEMOP Amiens Energies est donc en ordre de marche pour réaliser ses investissements.

La Caisse d’Epargne Hauts de France et Unifergie ont co-arrangé une dette bancaire long terme de 36 M€ avec la participation d’ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels qui complète le pool bancaire. Ce financement vient compléter les ressources de la SEMOP (apports des actionnaires, subventions…) qui permettront d’accélérer la réalisation des investissements, tels que les moyens de production de chaleur et le réseau souterrain. Le montant total des investissements s’élève à 82 M€.

En 2020, le réseau chauffera et transportera de l’eau sur 40 kilomètres dans la ville d’Amiens pour alimenter des parcs de logement et des bâtiments publics. La production sera principalement d’origine renouvelable, avec un dispositif de chaufferies Biomasse (12 MW), une pompe à chaleur sur eaux usées de la station d’épuration d’Ambonne (15 MW), des pompes à chaleur en géothermie ainsi que des centrales de cogénération de dernière génération.

Ce réseau de chaleur alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 19 000 logements, soit 1/3 des amiénois (bâtiments publics, tertiaires, privés, écoles, logements…). Amiens Energies s’appuie principalement sur des énergies renouvelables et de récupération :

  • La valorisation des eaux usées : la mise en place d’une pompe à chaleur permettra de récupérer et de valoriser l’énergie générée par les 8,5 millions de m3 d’eau épurée rejetés chaque année par la station d’épuration (STEP) d’Ambonne.
  • La récupération de l’énergie issue de la méthanisation : la chaleur que représente le biogaz généré par l’usine de méthanisation sera récupérée pour être injectée dans le réseau.
  • La géothermie : l’installation de pompes à chaleur permettra de valoriser l’énergie contenue dans les nappes.
  • La biomasse : les ressources biomasse locales compléteront le mix énergétique par la construction d’une chaufferie à haute performance de 12MW avec un système de récupération d’énergie et stockage intelligent.
  • Le biogaz : des unités de méthanisation locales permettront de produire du biogaz.

Les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) représenteront 62,5% du mix énergétique. 28 000 tonnes de CO2 seront évitées par an, soit l’équivalent de la circulation de 13 500 véhicules amiénois.

Ce projet est le fruit d’une politique locale innovante et particulièrement ambitieuse tournée vers l’efficacité énergétique et en faveur de territoires plus durables et attractifs.

Précurseur par sa structure (Réseau de chaleur interconnecté avec une clientèle d’infrastructures publiques, d’entreprises et de logements collectifs) et sa gouvernance (première SEMOP Energies), cette initiative est observée au plan national (la SEMOP est lauréate du trophée Ecoréseau de chaleur de l’ADEME).

Consultez le communiqué de presse dans son intégralité ici.

Crédits : Direction de la communication CEHDF, Unifergie, ENGIE Cofely, Arkéa Banque Entreprises et institutionnels, Banque des Territoires.