03 mai
2019

La Société d’Économie Mixte à Opération Unique (SEMOP) Amiens Energies a finalisé le financement du réseau de chaleur urbain de la ville d’Amiens

La Société d’Économie Mixte à Opération Unique (SEMOP), Amiens Énergies, développe et exploite, par délégation de service public, le réseau de chaleur urbain de la Ville d’Amiens. Dotée d’un capital de 8 millions d’euros, cette société est détenue à 51 % par Engie Cofely, 34 % par la Ville d’Amiens et 15 % par la Banque des Territoires.

Le contrat de financement de la SEMOP Amiens Energies pour la réalisation du réseau de chaleur urbain de la ville d’Amiens a été récemment signé à Amiens par l’ensemble des parties prenantes. La SEMOP Amiens Energies est donc en ordre de marche pour réaliser ses investissements.

La Caisse d’Epargne Hauts de France et Unifergie ont co-arrangé une dette bancaire long terme de 36 M€ avec la participation d’ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels qui complète le pool bancaire. Ce financement vient compléter les ressources de la SEMOP (apports des actionnaires, subventions…) qui permettront d’accélérer la réalisation des investissements, tels que les moyens de production de chaleur et le réseau souterrain. Le montant total des investissements s’élève à 82 M€.

En 2020, le réseau chauffera et transportera de l’eau sur 40 kilomètres dans la ville d’Amiens pour alimenter des parcs de logement et des bâtiments publics. La production sera principalement d’origine renouvelable, avec un dispositif de chaufferies Biomasse (12 MW), une pompe à chaleur sur eaux usées de la station d’épuration d’Ambonne (15 MW), des pompes à chaleur en géothermie ainsi que des centrales de cogénération de dernière génération.

Ce réseau de chaleur alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 19 000 logements, soit 1/3 des amiénois (bâtiments publics, tertiaires, privés, écoles, logements…). Amiens Energies s’appuie principalement sur des énergies renouvelables et de récupération :

  • La valorisation des eaux usées : la mise en place d’une pompe à chaleur permettra de récupérer et de valoriser l’énergie générée par les 8,5 millions de m3 d’eau épurée rejetés chaque année par la station d’épuration (STEP) d’Ambonne.
  • La récupération de l’énergie issue de la méthanisation : la chaleur que représente le biogaz généré par l’usine de méthanisation sera récupérée pour être injectée dans le réseau.
  • La géothermie : l’installation de pompes à chaleur permettra de valoriser l’énergie contenue dans les nappes.
  • La biomasse : les ressources biomasse locales compléteront le mix énergétique par la construction d’une chaufferie à haute performance de 12MW avec un système de récupération d’énergie et stockage intelligent.
  • Le biogaz : des unités de méthanisation locales permettront de produire du biogaz.

Les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) représenteront 62,5% du mix énergétique. 28 000 tonnes de CO2 seront évitées par an, soit l’équivalent de la circulation de 13 500 véhicules amiénois.

Ce projet est le fruit d’une politique locale innovante et particulièrement ambitieuse tournée vers l’efficacité énergétique et en faveur de territoires plus durables et attractifs.

Précurseur par sa structure (Réseau de chaleur interconnecté avec une clientèle d’infrastructures publiques, d’entreprises et de logements collectifs) et sa gouvernance (première SEMOP Energies), cette initiative est observée au plan national (la SEMOP est lauréate du trophée Ecoréseau de chaleur de l’ADEME).

Consultez le communiqué de presse dans son intégralité ici.

Crédits : Direction de la communication CEHDF, Unifergie, ENGIE Cofely, Arkéa Banque Entreprises et institutionnels, Banque des Territoires.