actu
20 juil
2018

Découvrez le MusVerre : un lieu vivant dédié au verre

20 juil 2018

Dans cet article nous allons vous présenter le musée de Sars-Poteries, inauguré le 1er octobre 2016, le MusVerre est un lieu d’exception, tant par son histoire que par son architecture et ses collections. Il est l’un des plus importants musées européens pour la création en verre contemporaine et nous sommes fiers d’en être grand mécène.

Voici comment a commencé notre histoire…

LA CAISSE D’EPARGNE HAUTS DE FRANCE, GRAND MÉCÈNE DU MUSVERRE

Engagés dans le développement économique et social de sa région, nous investissons au quotidien dans l’essor de la vie culturelle régionale au travers de multiples partenariats et mécénats dans les domaines des arts et de la musique. Nous sommes grand mécène bâtisseur du Louvre-Lens et partenaire officiel de lille3000. Nous soutenons également le Musée de Picardie, le Domaine de Chantilly, le Palais des Beaux-Arts de Lille, le Théâtre Impérial de Compiègne, la Maison de la Culture d’Amiens…

Dans le domaine musical, nous accompagnons l’Orchestre National de Lille via Arpège, l’Orchestre de Douai, Jazz en Nord, l’ensemble vocal de la Chapelle du Hainaut, le festival Jean de la Fontaine de Château-Thierry, le théâtre du Manège à Maubeuge. Nous apportons également notre soutien à deux jeunes violoncellistes de talent, en leur prêtant pendant deux ans, à chacun, un violoncelle de grande qualité grâce à un partenariat avec l’association Talents et Violoncelles.

À partir de 2012, nous apportons notre soutien financier à l’acquisition d’oeuvres telle « La Robe » de Karen La Monte.

En 2016, à l’ouverture du MusVerre, nous nous sommes engagés comme partenaire privilégié du musée ; accompagnant les expositions temporaires et les activités de l’atelier du MusVerre. Par ailleurs, fidèle à sa tradition de soutien à la lutte contre la précarité et contre toutes les formes d’exclusion, notre Fondation d’entreprise accompagne les activités du MusVerre dans le cadre d’actions développées en mécénat sociétal (accompagnement des activités de médiation à destination des publics empêchés…). En 2018, nous avons renouvelé notre soutien, devenant grand mécène du MusVerre, et à notamment apporter notre concours à l’acquisition de l’oeuvre Fusion d’Udo Zembok.

Karen LaMonte, Seated Dress Impression with Drapery, 2007, © P. Robin

Le MusVerre © Ph. Houzé

Inauguré le 1er octobre 2016, le MusVerre est un lieu d’exception, tant par son histoire que par son architecture et ses collections. Il est l’un des plus importants musées européens pour la création en verre contemporaine.

Installé à Sars-Poteries, village du Nord d’environ 1500 âmes, cet équipement est un formidable vecteur pour le développement économique et social de l’Avesnois et témoigne de la volonté sans faille du Département du Nord d’inscrire la culture au coeur de la ruralité. Il a pour ambition de renforcer le rayonnement et l’attractivité du territoire, de contribuer à la mise en synergie des acteurs locaux et d’impliquer progressivement les habitants.

Découvrez le MusVerre : un lieu vivant dédié au verre Cliquez pour tweeter

LE MUSVERRE : UNE HISTOIRE DE PASSION ET D’ENERGIE AUTOUR DU VERRE

Le musée est le fruit d’une rencontre entre une histoire, celle des Verreries de Sars-Poteries qui de 1802 à 1937 firent la renommée de la commune, employant jusqu’à 800 ouvriers, et un homme plein de passion et d’énergie, Louis Mériaux. En 1958, celui-ci nommé curé à SarsPoteries, ne tarde pas à découvrir l’attachement des Sarséens pour leur passé verrier et pour des objets étonnants qu’ils conservent et présentent avec fierté dans leurs intérieurs : les « bousillés », pièces créées par les verriers pendant leur temps de pause. Il convainc les habitants de prêter des bousillés pour les exposer, dès 1967, dans l‘ancienne maison des patrons des verreries, le Château Imbert. L’ exposition connaît un franc succès, les objets familiers aux couleurs vives et chatoyantes sont un hymne joyeux au métier de verrier et à la liberté de créer. Une autre exposition est organisée en 1968 puis, en 1969, la collection devient permanente : le musée du Verre est né.

En 1976, Louis Mériaux ouvre dans une ancienne grange l’atelier du Verre où les anciens verriers soufflent des néo-bousillés et transmettent leur savoir-faire aux jeunes générations.

En 1982, il organise à Sars-Poteries le Symposium International du Verre, et en 1984, le Colloque Verre & Architecture, ce qui donne un nouvel élan au musée avec la naissance d’une première collection de verre contemporain grâce aux dons des artistes. En 1994, le Département du Nord décide de prendre en charge le musée-atelier du Verre. Désormais, le musée prend un second souffle et élargit ses activités.

En 2001, un nouvel atelier du Verre est inauguré. Ce lieu de 1200 m2, conçu par l’architecte Bernard Henry, permet d’accueillir dans des conditions optimales des artistes en résidence et des stages où des créateurs partagent leurs connaissances. Première étape du renouveau, le nouvel atelier annonce un nouveau projet architectural d’une plus grande ampleur : la construction d’un nouveau bâtiment pour le musée.

LE MUSVERRE : UNE VISION ARCHITECTURALE, UN MUSEE EN HARMONIE AVEC LE PAYSAGE

Le MusVerre est avant tout un défi architectural. Au-delà de la mise en valeur des oeuvres exposées, il symbolise le lien entre un patrimoine issu de la production locale et la création artistique contemporaine.

Conçu par Raphaël Voinchet de l’agence W-Architectures, le bâtiment joue avec les reliefs du paysage et semble naître du dénivelé du terrain. Il s’ouvre progressivement à l’est et embrasse le paysage libre de constructions et d’écrans végétaux. Ses façades et sa toiture sont parées de pierre bleue, matériau traditionnel de l’Avesnois qui réagit à la lumière du jour, passant du gris rosé au gris bleu ou au noir. Ses arêtes ciselées présentent une géométrie précise qui rappelle la structure cristalline de la silice, matière originelle du verre. Les formes pures de l’architecture, la sobriété des couleurs, du blanc, du noir et le gris du béton, laissent la première place aux oeuvres et confèrent un sentiment de sérénité encore renforcé par les multiples ouvertures sur le paysage alentours.

Développant 1 000 m² pour les expositions et près de 800m² pour les espaces dédiés à l’accueil et aux activités culturelles, le musée offre de plus des ambiances différenciées pour découvrir les oeuvres : trois salles, boîtes-écrins aux murs sombres et aux vitrines claires pour les collections historiques ; un vaste espace, blanc et lumineux, ouvert largement au nord sur le bocage, et quatre alcôves à l’ambiance sombre et intimiste pour les collections contemporaines.

Le MusVerre, © Ph. Houzé

LE MUSVERRE : UNE COLLECTION PARMI LES PLUS IMPORTANTES EN EUROPE

Le MusVerre conserve une collection très originale, tout à la fois historique et contemporaine, « artisanale » et artistique. Il réunit ainsi des ensembles d’objets et d’oeuvres très différents.

Les « bousillés » (1801-1937) : 800 pièces. Pièces réalisées pour leur plaisir par les ouvriers verriers de Sars-Poteries pendant leur temps de pause, ces objets n’avaient pas de destination commerciale mais étaient destinés à leur famille ou à leurs amis.

Chefs-d’oeuvre du quotidien, pleins de fantaisie et de vie, ils manifestent le savoir-faire et la virtuosité technique des verriers, dévoilent leur imaginaire et leur créativité. Ils constituent le plus ancien fonds des collections et ont été pour la plupart offerts par les habitants de Sars-Poteries.

Le musée présente à la manière d’un cabinet de curiosités environ 260 pièces, très représentatives, regroupées par usage : objets « à boire et à manger », objets pour éclairer, objets religieux et rituels, objets décoratifs. Dans ce foisonnement de formes et de couleurs se distinguent une lampe monumentale, la Lampe Imbert, soufflée, taillée et gravée par trois ouvriers de la verrerie et offerte en cadeau de mariage à leur patron ainsi que des « glettes » ou palets de marelle, objets symboliques du musée et plusieurs « encriers-revanche ». Ceux-ci, véritables merveilles jouant du trompel’oeil pour imiter l’encre grâce au verre de couleur, sont remarquables par la qualité de leur taille et la maîtrise technique nécessaire à leur réalisation.

Selon la tradition, le terme « encrier-revanche » valoriserait la dextérité technique des ouvriers verriers au regard rapport du savoir intellectuel des patrons.

LA CRÉATION EN VERRE CONTEMPORAINE : 900 OEUVRES

De 1982 (symposium) au début des années 1990, le musée s’est enrichi de nombreux dons d’artistes, présentés dans la partie qui relate l’histoire du musée à la suite des bousillés.

Depuis sa départementalisation en 1994, le musée a développé une politique active d’acquisitions dans le domaine du verre contemporain. De la figuration à l’art abstrait, des années 1990 à la création actuelle, ces oeuvres sont des pièces uniques en verre, réalisées par des artistes venant du monde entier : Europe, Japon, États-Unis, Australie…

Salle des Bousillés, ©Ph. Robin

Ales Vasicek, Monochrome bleu, ©Ph. Robin

Elles constituent aujourd’hui la plus importante collection publique française d’art contemporain en verre et fondent, à côté des résidences d’artistes, la réputation internationale du musée. Plus de 230 de ces oeuvres sont présentées dans deux ambiances très différenciées. Dans la grande salle blanche et lumineuse, disposées sur quatre longs socles rubans, elles entrent en résonance ou s’opposent dans une subjectivité assumée.

Ce vaste espace donne accès à quatre alcôves où les oeuvres sont regroupées autour de thématiques comme la nature ou l’intime.

LA PRODUCTION DES VERRERIES

Le musée conserve également plus de 2000 pièces de gobeleterie ou de flaconnage issues des verreries de Sars-Poteries (verres, brocs, bocaux…) documentés par les catalogues de ventes. Le musée étant tourné vers la création, seuls trois objets plus spectaculaires sont exposés : un vase au décor art déco, un vase en argenture au mercure et un broc en verre soufflé multicouches. Ces pièces feront par la suite l’objet d’expositions coproduites avec l’AtelierMusée du verre voisin de Trélon et seront confrontées avec la création design contemporaine.

Atelier-Musée du Verre à Trélon, © S. Dhote

LE MUSVERRE : UN LIEU AU COEUR DE SON TERRITOIRE NORD

Cinquante ans après sa création, dans la continuité de l’action engagée par son fondateur, Louis Mériaux, le musée franchit un nouveau cap, affirme son identité autour de la création et du verre, s’oriente vers de nouveaux champs en croisant différents domaines artistiques de la sculpture, l’architecture et le design à la musique, la danse, la poésie et l’art culinaire. Il s’entoure de nouveaux outils, tel le comité Musées et territoire, pour construire avec les acteurs locaux des projets partagés et innovants.

Dans le même temps, implanté au coeur du premier bassin verrier du nord-ouest de l’Europe, il engage une réflexion sur les résonances possibles avec la recherche, l’enseignement supérieur et le monde industriel. Après l’extension-rénovation du musée Matisse au Cateau-Cambrésis et la création du musée de Flandre à Cassel, et en attendant la rénovation du Forum antique de Bavay, le MusVerre vient conforter le réseau des musées départementaux du Nord.

Sa situation à la lisière de la frontière belge et de l’Aisne, à proximité immédiate des grands centres urbains de l’Eurorégion, lui offre de plus l’opportunité de participer pleinement à une dynamique transfrontalière au sein de la nouvelle région des Hauts-de-France et d’attirer en Avesnois des visiteurs du nord-ouest européen friands d’art et d’espace. La notoriété du musée, la qualité rare de l’architecture et des collections confortent la vocation touristique de l’Avesnois, riche d’un patrimoine paysager et culturel remarquable, au coeur d’un vaste espace eurorégional s’étendant à la Thiérache, au Hainaut belge et aux franges du Valenciennois et du Cambrésis. Elles lui permettent d’attirer les citadins d’Europe du nord, qui viennent se mettre « au verre », entre art et nature.

Vue intérieure du MusVerre, © MusVerre

10 juin
2018

Avec ACCEO la Caisse d’Epargne Hauts de France donne accès à ses services aux clients sourds et malentendants

10 juin 2018

Depuis le mois de juin la Caisse d’Epargne Hauts de France, banque coopérative régionale de proximité, engagée et solidaire, propose aux clients et prospects sourds ou malentendants de ses 350 agences et e-agence, la solution Acceo.

Avec ACCEO la Caisse d’Epargne Hauts de France donne accès à ses services aux clients sourds et malentendants Cliquez pour tweeter

La Caisse d’Epargne Hauts de France accorde une grande importance à proposer cette solution supplémentaire d’accessibilité lui permettant d’offrir la même qualité de service à l’ensemble de sa clientèle. Acceo devient un nouvel outil de mise en relation avec les conseillers de la Caisse d’Epargne Hauts de France.

Acceo, dispositif facile d’utilisation, est un service connecté destiné aux personnes en situation de handicap auditif qui permet, en temps réel, la transcription instantanée de la parole (sous-titrage en temps réel des propos du conseiller) ou la visio-interprétation en langue des signes française (LSF) par un opérateur-interprète.

En face à face ou à distance via la ligne accueil de nos 350 agences ou de notre e-agence, nos clients et prospects peuvent s’entretenir, à leur initiative, avec leur conseiller en toute autonomie.

Acceo est un service confidentiel et entièrement gratuit, disponible via l’application Acceo (https://www.acce-o.fr) qui est à télécharger par le client sur son smartphone, sa tablette ou son ordinateur. L’application permet également à nos clients de géolocaliser nos agences et de se connecter directement.

28 mai
2018

Payez avec une oeuvre d’art !

28 mai 2018

 

À l’occasion de son bicentenaire, la Caisse d’Epargne propose à ses clients une collection de cartes bancaires collector pour célébrer de façon artistique cet événement.

Payez avec une oeuvre d'art grâce à la Caisse d'Epargne ! Cliquez pour tweeter

3 artistes de renom, spécialisés dans l’urban-art*, ont réalisé des oeuvres exclusives pour chacune des cartes :
Visa Classic, Visa Premier et Visa Platinum. Il nous tenait à coeur que chaque artiste s’approprie à sa manière ces 200 ans. C’est cette diversité qui fait la richesse du mouvement de l’urban art et que nous avons souhaité valoriser à travers cette collection.

Découvrez JonOne

John Andrew Perello, dit JonOne ou Jon 156, réalise des oeuvres abstraites influencées par le mouvement, la couleur et l’énergie alors que les autres graffeurs de son époque réalisent des oeuvres figuratives.

Artiste autodidacte, JonOne commence à peindre sur toile en 1985 car elle offre la possibilité de laisser une empreinte dans le temps. La même année, le galeriste Rick Librizzi l’expose à New York. Suite à l’invitation de Bando, il s’installe à Paris en 1987. La France lui donne alors l’occasion de « poursuivre son enrichissement personnel ».

Sa première exposition personnelle, intitulée « Graf-fitism », a lieu en 1990 à la Galerie Gleditsch 45 à Berlin. S’enchaînent alors des expositions collectives et personnelles dans le monde entier : Tokyo, Monaco, Paris, Genève, New York, Hong Kong, Bruxelles…

En 2015, JonOne a créé l’œuvre « Liberté, Égalité, Fraternité » pour l’Assemblée Nationale. Inspirée du tableau d’Eugène Delacroix « La Liberté guidant le peuple », cette oeuvre est un hommage aux fondements de la République et de la démocratie.

JonOne se décrit comme un « peintre graffiti expressionniste abstrait ».

Visa Classic par JonOne, série limitée Urban Art, bombe et peinture acrylique sur carte plastique, 2018.

Le mot de l’artiste

« Grandir à Harlem n’a pas été facile, mais la liberté de ceux qui peignaient dans la rue m’a tout de suite attiré. Les couleurs des graffitis sur les trains m’ont marqué pour la vie. Quand on voit mon travail, on voit tout de suite que c’est du « JonOne » aux couleurs, au mouvement et au style. Il n’y a pas de séparation entre mes peintures et ce que je suis, j’y mets toute mon énergie, mon ressenti et ma spontanéité. L’art urbain n’a pas de frontières et la France m’a tout de suite inspiré, c’est ici que je vis depuis 30 ans. Alors quand la Caisse d’Epargne a fait appel à moi pour célébrer ses 200 ans, je n’ai pas hésité, j’ai adoré créer cette carte pour mettre de la couleur dans les poches de milliers de gens. »

Découvrez Darco

Dessinant depuis son plus jeune âge, Darco est un artiste peintre qui vit et travaille en France. Issu du mouvement graffiti-writing(1) et urban-art*, il fait partie de la première génération de graffeurs en Europe. Il cofonde le groupe FBI avec son acolyte Gawki en 1985 à Paris. Ce collectif d’artistes deviendra une référence dans le domaine en réalisant de nombreuses fresques monumentales dans le monde entier.

Très vite, Darco a développé un style personnel et très énergique, basé sur une recherche permanente de l’originalité des formes et de la dynamique du geste. Véritable expert du graff et du tag, il intervient régulièrement sur le sujet en France et à l’étranger. Il écrit son premier livre en 2006 intitulé « Darco Code Art ».

Aujourd’hui, ses œuvres sont régulièrement exposées en galerie et ont été acquises par des musées. En plus de son activité d’artiste, il continue de réaliser des performances (live painting(2)) et travaille dans des domaines aussi différents que la décoration, la mode, le luxe, l’architecture, le design ou l’évènementiel.

Visa Platinum par Darco, série limitée Urban Art, peinture à l’huile sur carte plastique, 2018.

Le mot de l’artiste

« Mon travail est principalement fondé sur les lettres, les symboles et la typographie. L’origine de mon art est donc l’écriture et la calligraphie. Mon outil de prédilection c’est bien sûr la bombe de peinture. J’aime jouer avec les formes, la perspective et la fluidité de la gestuelle. La maîtrise du geste est primordiale pour moi. Lorsque l’on utilise une bombe de peinture, on n’est pas en contact avec la surface à peindre, ça demande une grande maîtrise et de la concentration. Pour le bicentenaire de la Caisse d’Epargne, j’ai pensé à la liberté d’action et de mouvement. C’est ce que symbolise pour moi une carte bancaire. C’est une valeur précieuse à partager et c’est ce qui a guidé ma création. »

Découvrez Stoul

Stoul, née en 1981, s’est fait connaître dès ses 20 ans pour ses personnages aux visages de chats. Elle a très vite fait évoluer son art et développé son style, quittant progressivement le figuratif pour aller vers une géométrie semi-abstraite très personnelle. Elle est aujourd’hui reconnue comme une artiste complète, identifiable au premier coup d’œil. Sur murs, grandes fresques et dans son atelier, elle manie les lignes, les angles et la palette chromatique avec talent. Elle est aussi très impliquée dans les causes qui lui tiennent à cœur, en particulier l’environnement, l’égalité des genres et les actions socio-culturelles.

Elle aime perpétuellement remettre son travail en question et n’hésite pas à surprendre son public à chaque nouveau cycle de sa créativité artistique.

Parmi ses dernières réalisations majeures, citons sa majestueuse fresque à Villars-Fontaine, dans le cadre du festival Street-art on the rock, en 2016, et plus récemment en 2017 son Totem culminant à 34 mètres de haut peint sur la tour du CISP à Paris dans le 12ème arrondissement.

Visa Premier par Stoul, série limitée Urban Art, peinture Acrylique et aérosol sur carte plastique, 2018.

Le mot de l’artiste

« Énergie, couleur et géométrie. C’est au fil du temps que j’ai développé mon propre style. L’origami m’a influencé dans ce sens. Je ne m’enferme pas dans un seul univers. Je suis constamment en évolution et j’utilise des supports différents. Pour cette collaboration avec la Caisse d’Epargne pour le bicentenaire, je me suis inspirée des symboles de la marque, comme l’écureuil que j’ai intégré a un paysage urbain qui symbolise la proximité et l’étendue du réseau territorial de la Caisse d’Epargne. Tout le monde a une carte bancaire toujours sur soi, mon art va accompagner plein de personnes dans leur quotidien comme quand je peins un immeuble, mon art s’offre aux habitants du quartier et aux passants. »

 

Crédits : *Art urbain. **Offre soumise à conditions. Dans la limite des stocks disponibles. (1) écriture de graffiti, (2) peinture en direct – © 2018 JonOne ; Adagp, Stoul ; Adagp, Darco. BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 euros – Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 Paris Cedex 13 – RCS Paris n° 493 455 042. ALTMANN + PACREAU. Photographe : Point 11

02 mai
2018

La Caisse d’Epargne Hauts de France fête ses 1 an

02 mai 2018

La Caisse d'Epargne Hauts de France fête ses 1 an Cliquez pour tweeter

Il y a tout juste un an naissait la Caisse d’Epargne Hauts de France.

Issue du rapprochement des Caisse d’Epargne Picardie et Nord France Europe, la Caisse d’Epargne Hauts de France est une banque régionale, puissante et performante, dont l’ensemble des atouts et des ambitions est tourné vers le développement économique de la région, les projets de ses habitants et l’accompagnement professionnel des collaborateurs.

17 avri
2018

La Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France lance son 1er Appel à Projets « Quelles solutions de proximité face aux enjeux du numérique ? »

17 avri 2018

La Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France lance son 1er Appel à Projets « Quelles solutions de proximité face aux enjeux du numérique ? »

400 000 euros de dotations

Marc Delassus – Président de la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France, Philippe Lamblin – Vice-Président de la Fondation – Vice-Président, Président Délégué du Conseil d’Orientation et de Surveillance de la Caisse d’Epargne Hauts de France et Alain Denizot – Président du Directoire de la Caisse d’Epargne Hauts de France, lancent officiellement aujourd’hui au Louvre-Lens le 1er Appel à Projets de la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France destiné à lutter contre la fracture numérique.

La Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France lance son 1er Appel à Projets « Quelles solutions de proximité face aux enjeux du numérique ? » Cliquez pour tweeter

Ils présentent également les ambitions de la Fondation d’Entreprise dont l’objectif principal est de répondre aux grands enjeux économiques, sociétaux et environnementaux de son territoire, la région Hauts-de-France, par l’accompagnement dans la durée de projets et d’actions emblématiques.

La Caisse d’Epargne Hauts de France, banque coopérative engagée et solidaire, est un acteur économique de premier plan en région. Si elle contribue au développement économique de son territoire en exerçant pleinement son métier de banquier, elle s’emploie également à être incontournable en matière de responsabilité sociétale et environnementale.

La Caisse d’Epargne Hauts de France a été créée le 1er mai 2017. Auparavant, Les Caisses d’Epargne Picardie et Nord France Europe disposaient chacune de leur Fondation d’Entreprise, la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Picardie pour la Solidarité, l’innovation et la culture en Picardie et la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Nord France Europe « Agir et Réussir Ensemble ».

Les Conseils d’Administration des deux fondations, dans le cadre de l’alignement de leurs ambitions stratégiques, ont décidé de fusionner les 2 entités en une seule fondation, la fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France, à la date du 1er février 2018.

L’objectif de la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France est de répondre aux grands enjeux économiques, sociétaux et environnementaux de son territoire, la région Hauts-de-France, par l’accompagnement dans la durée de projets et d’actions emblématiques.

La Fondation peut, entre autres, participer au financement de projets qu’elle a co-construits ou suscités au moyen d’un appel à projets. A ce titre, elle apporte son soutien aux acteurs à but non lucratif du territoire qui innovent en faveur du bien commun. Elle peut aussi soutenir des programmes innovants et des projets de recherche, des concours, des colloques, des manifestations culturelles, et des bourses d’études.
La Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France a pour objet de :

  •  Lutter contre toutes les formes d’exclusions
  •  Agir en faveur de l’égalité des chances, de l’éducation et de l’apprentissage des savoirs de base
  •  Favoriser la création d’emploi, la formation et l’apprentissage
  •  Mobiliser autour de tous les handicaps
  •  Promouvoir les dimensions scientifiques et environnementales
  •  Contribuer au développement du territoire et du lien social par le mécénat culturel.

Quel budget ?

De 2018 à 2021, la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France dispose d’un budget de 2,2 millions d’euros pour mettre en œuvre son programme d’action pluriannuel. 
Le Conseil d’Administration de la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France a décidé de doter le premier Appel à projets, ouvert du 17 avril au 30 septembre 2018, d’une enveloppe de 400 000 euros.

« Quelles solutions de proximité face aux enjeux du numérique ? »

Pourquoi ce thème d’Appel à projets et quels sont les objectifs recherchés? 
La vie quotidienne et le monde du travail sont profondément impactés par les nouvelles technologies qui introduisent de nouveaux usages et exigent de nouvelles compétences. La révolution numérique offre également une opportunité de développement créatrice d’emplois pour la région Hauts-de-France. 
Ces transformations ne sont pas vécues de la même façon par les individus, qui, pour des raisons sociales et culturelles n’ont pas le même niveau d’intérêt et de formation. En effet, 83% des non diplômés et 49% des titulaires du BEPC n’ont pas d’accès direct à internet (source CREDOC).

L’âge est également un facteur discriminant puisque 80 % de la population âgée de plus de 60 ans ne se connecte jamais. Enfin les ressources financières sont également une condition d’accès aux outils digitaux puisque 65% des personnes vivant dans des foyers modestes n’y ont pas accès. 
Les politiques publiques autour du numérique se sont développées depuis plusieurs années sur nos territoires.

La Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France souhaite, compte tenu de l’ampleur de l’enjeu que recouvre la révolution numérique pour la population et le dynamisme de nos territoires, intervenir en complémentarité des pouvoirs publics. Cette complémentarité est bien entendu une complémentarité en termes de moyens mais également une complémentarité en termes de méthodes et de nouvelles actions. 
De même, les projets portés par plusieurs acteurs, permettant notamment d’associer les compétences numériques et celles relatives aux publics en difficultés, semblent particulièrement prometteurs. 
Pour toutes ces raisons, il a semblé pertinent au Conseil d’Administration de la Fondation de lancer le premier appel à projets sur ce thème « Quelles solutions de proximité face aux enjeux du numérique ? »

Objet de l’Appel à projets

La Fondation soutiendra la mise en place d’actions innovantes visant à lutter contre la fracture numérique notamment en matière de :

  •  Mise à disposition à de nouveaux publics de lieux favorisant échanges et apprentissages ;
  •  Formation aux usages numériques du quotidien ;
  •  Insertion dans les métiers du numérique de personnes éloignées de l’emploi.

Pourquoi cette stratégie ?

  • La mise en place d’actions innovantes (au sens de l’innovation sociale) est privilégiée afin de faciliter le développement de nouvelles pratiques.
  • La thématique « lieux favorisant échanges et apprentissages » s’inscrit notamment dans la volonté de trouver des solutions de proximité aux difficultés rencontrées par les personnes les plus fragiles éloignées des dispositifs existants en zone urbaine.
  •  Le thème de la « Formation aux usages numériques du quotidien » doit permettre l’accès aux services digitaux du quotidien pour lutter contre la précarisation et améliorer l’usage des outils.

Le sujet de l’« insertion dans les métiers du numérique » est essentiel pour répondre aux défis économiques posés par la révolution numérique.

Qui peut participer et jusqu’à quand ?

L’appel à projets est ouvert aux structures porteuses de projets à but non lucratif à l’exclusion des structures relevant du service public de l’emploi (notamment les Maisons de l’Emploi et de la Formation, les Missions Locales, Cap emploi, l’EPIDE, les Ecoles de la deuxième chance…) pour des projets déployés en Hauts-de- France.

Les dossiers sont à demander par mail à l’adresse suivante : fondation@hdf.caisse-epargne.fr ou par courrier à l’adresse suivante : 
Caisse d’Epargne Hauts de France
Direction du Développement coopératif – RSE 135 Pont de Flandres CS 80008
59031 LILLE CEDEX

Les dossiers complétés doivent être envoyés avant le 30 septembre 2018, par lettre recommandée avec accusé de réception à l’adresse suivante : 
Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France Direction du Développement coopératif – RSE
135 Pont de Flandres CS 80008
59031 LILLE CEDEX

Ils doivent contenir impérativement : le dossier complet de présentation du projet, les documents listés sur le dossier de présentation et le document « engagement du porteur de projet » dûment complété et signé. 
La participation à cet Appel à projets implique l’acceptation pure et simple du présent règlement dans son intégralité. La Fondation Caisse d’Epargne Hauts de France se réserve le droit de modifier le présent règlement si les circonstances l’y contraignent.


Quelles modalités de sélection des dossiers ?

Le Conseil d’Administration de la Fondation d’entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France examinera les projets et décidera discrétionnairement de l’attribution et du montant des dons. 
La Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France se positionne comme co-financeur du projet et intervient sur la partie différentielle pour équilibrer le budget prévisionnel du projet. La complémentarité avec les financements européens pourra être recherchée.

Le Conseil d’Administration retiendra particulièrement :

  •  Le caractère innovant du projet sur le territoire Hauts-de-France 

  •  L’aptitude à proposer des solutions pertinentes pour un territoire spécifique 

  •  La proposition et la mise en œuvre de moyens d’évaluation de la réussite du projet 

  •  La conception d’un programme structurant pouvant servir d’expérimentation reproductible 

  •  L’association des publics au montage et ou au pilotage du projet 
La démarche d’évaluation fait partie du processus d’innovation sociale. Tous les projets seront évalués, les plus importants en termes de soutien financier faisant l’objet d’une évaluation sur site par les responsables de la Fondation. 


Le porteur de projet peut solliciter à nouveau la Fondation pour développer un projet déjà soutenu en 2017. Pour être étudiée, cette demande devra s’appuyer sur :

  •  Une évaluation du projet initialement soutenu
  •  Une analyse des critères d’innovation sociale du projet (partage collectif du besoin et de l’aspiration, 
place des bénéficiaires, accessibilité, perspective de diffusion autonomisation des jeunes).

La date limite de retour des dossiers est le 30 septembre 2018, les dossiers seront examinés en octobre par le Comité d’experts, la décision prise en novembre par le Conseil d’Administration de la Fondation et l’annonce des résultats aura lieu fin novembre 2018.

Gouvernance de la Fondation et composition des membres du Conseil d’Administration

La gouvernance de la Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France est assurée par un Conseil d’Administration composé de deux collèges et de 18 membres :

Le collège des représentants de la Caisse d’Epargne Hauts de France :

  • Marc DELASSUS Président de la Fondation, Membre du Conseil d’Orientation et de Surveillance
  • Philippe LAMBLIN Vice-Président de la Fondation, Vice-Président du Conseil d’Orientation et de Surveillance
  • Léon-Sylvain LENTENOIS Trésorier de la Fondation, Secrétaire du Conseil d’Orientation et de Surveillance
  • Brigitte FERRY Membre du Conseil d’Orientation et de Surveillance
  • Jacky LENTREBECQ Membre du Conseil d’orientation et de Surveillance
  • Mathilde ROY Membre du Conseil d’Orientation et de Surveillance, représentante des collectivités locales, adjointe au maire de la Ville d’Amiens
  • Faïza BELLAHCENE Membre du Conseil d’Orientation et de Surveillance
  • Jean-Patrick PROUVOST Censeur statutaire du Conseil d’Orientation et de Surveillance
  • Alain DENIZOT Président du Directoire
  • Aurore MAHEO (Représentant les salariés), Directrice de Région Commerciale

Le collège des Personnalités Qualifiées :

  • Rachid CHERFAOUI Président de la Maison d’Economie Solidaire, Président de l’institut Jean- 
Baptiste Godin
  • Patrick COLIN Président Directeur Général de Picardie Investissement
  • Séverine DUPONT DARRAS Directrice URIOPSS de Hauts de France – Picardie
  • Le CESER (Conseil Economique Social et Environnemental Régional)
  • Jean-Luc CARBONNIER Expert-Comptable, Commissaire aux Comptes
  • Jean-François DEVILLERS Président du Directoire Habitat du Nord, Président de Midi Partage
  • Thérèse LEBRUN Président-Recteur délégué Santé Social de l’institut Catholique de Lille
  • Christian PARENT Président SEM, Président ESH ancien Directeur Régional de l’Equipement

 

Pour rappel :

Les dossiers sont à demander par mail à l’adresse suivante : fondation@hdf.caisse-epargne.fr ou par courrier à l’adresse suivante : 
Caisse d’Epargne Hauts de France
Direction du Développement coopératif – RSE 135 Pont de Flandres CS 80008
59031 LILLE CEDEX

Les dossiers complétés doivent être envoyés avant le 30 septembre 2018, par lettre recommandée avec accusé de réception à l’adresse suivante : 
Fondation d’Entreprise Caisse d’Epargne Hauts de France Direction du Développement coopératif – RSE
135 Pont de Flandres CS 80008
59031 LILLE CEDEX